Présentation établie par Przemysław Witkoswki

 

Le château de Wilanów

La construction du château de Wilanów fut entreprise à partir de 1677 par le roi Jean III Sobieski (1674-1696), et son épouse Marie-Casimir de la Grange d’Arquien. La résidence principale du vainqueur de l’armée ottomane de Kara Mustafa à la bataille de Vienne en 1683, fut conçue par l’architecte italien Augustino Locci. La structure du château hérite à la fois de la tradition du manoir nobiliaire polonais, et à la fois du schéma de la villa italienne, d’où le nom de Wilanów (‘vila nova’ en italien).

Après la période de déclin, Wilanów fut acheté en 1720 par Elzbieta Sieniawska, fille de Stanisław Herakliusz Lubomoriski. Elle continua l’extension de l’ancienne résidence royale, en édifiant les ailes latérales, déjà prévues par l’ancien propriétaire. En 1729, le château passa entre les mains de sa fille, Zofia Denhoffowa, alors héritière, après la mort de son premier mari, de la plus grande fortune de l’époque. Suite à l’avis favorable du roi, elle épousa en 1734 en secondes noces, le prince Auguste Aleksander Czartoryski, fondant ainsi la puissance matérielle du clan politique de la famille. Après la mort des deux parents, le domaine de Wilanów fut transmis à leur fille unique, Isabella, qui épousa le vice-maréchal de la Couronne, prince Stalisław Lubomirski. La princesse maréchale y entreprit de nombreuses transformations, parmi lesquelles le luxueux pavillon des bains, celui de la cuisine et du garde-corps, ainsi que la création du parc paysager dans le goût anglo-chinois, dessiné par Szymon Bogumił Zug.

Le 9 mai 1785, la princesse maréchale organisa au château de Wilanów la cérémonie de mariage conclu entre l’une de ses filles, Julia, et le jeune Jean Potocki.

Après les partages de la Pologne, la princesse maréchale, refusant de résider dans les domaines relevant des autorités russe et prussienne, légua le domaine de Wilanów à sa fille Aleksandra et son mari, Stanisław Kostka Potocki. Celui-ci, connaisseur d’art et collectionneur avisé, aménagea le château afin d’y placer ses nombreuses collections. En 1805, il ouvrit au public les anciens appartements de Jean III Sobieski. Ses descendants possédèrent jusqu’à la fin du XIXe siècle le château, qui passa alors entre les mains du comte Ksawery Branicki. Aujourd’hui le château abrite le musée, ainsi que la galerie du portrait polonais.

 

Château de Wilanów du côté de la cour d'honneur

© DocentX

 

Le château de Łańcut

Le château de Łańcut fut construit dans la première moitié du XVIIe siècle, par Sebastian Lubomirski, selon le schéma italien du palazzo in fortezza. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le château se trouva entre les mains du maréchal de la Couronne, prince Stanisław Lubomirski, et de son épouse, Isabella née princesse Czartoryska, alors beaux-parents de Jean Potocki.

La princesse maréchale, qui possédait plusieurs résidences héritées de ses parents – le prince Auguste Aleksander Czartoryski et Zofia, née Lubomirska – résidait rarement au château de son mari. Ce n’est qu’à partir de la Révolution française qu’elle quitta pour toujours Paris et sa résidence au Palais royal. Elle décida alors de s’installer au château de Łańcut en compagnie de nombreux émigrés français, y compris le futur Charles X et l’évêque de Laon, confesseur attitré de Marie-Antoinette.

En septembre 1792, Jean Potocki retrouva à Łańcut sa belle-mère accompagnée de sa nombreuse cour. C’est à ce moment qu’il représenta pour la première fois ses Parades, écrites afin de distraire la société qui se retrouvait soudainement isolée dans une vieille forteresse perdue en province, et privée des divertissements de la capitale.

À la même époque, la princesse maréchale entreprit de nombreux travaux ayant pour objectif de transformer la vieille forteresse en résidence contemporaine. Une grande partie des intérieurs du château fut conçue par des architectes postérieurs à la princesse maréchale tels que Jan Chrystian Kamsetzer, Szymon Bogumił Zug et Chrystian Piotr Aigner.

À la mort de la princesse maréchale, survenue en 1816, son immense fortune fut partagée entre ses deux petits-enfants, Alfred et Arthur, les enfants du premier mariage de Jean Potocki. L’aîné, Alfred, sous l’influence de sa femme Józefina née princesse Czartoryska, choisit pour résidence le château de Łańcut. Il fonda en 1830 le majorat afin d’éviter la dilapidation de la fortune familiale.

À la charnière du XIXe et du XXe siècle, son petit-fils Roman, marié à la princesse Elzbieta Radziwiłł, entreprit une rénovation complète du château, dirigée par les architectes Albert Pio et Armand Beauque. C’est à la même époque que les propriétaires de Łańcut firent construire les bâtiments des écuries et de la remise, qui abrite encore aujourd’hui l’une des plus importantes collections de voitures à chevaux en Pologne.

 

 Château de Łańcut du côté de la cour d'honneur

© Lestat (Jan Mehlich), (GFDL, CC-BY-SA-3.0 or CC BY-SA 2.5)

 

Le château Royal de Varsovie

L’ancien château des ducs de Mazovie devint au milieu du XVIe siècle la résidence de la reine douairière Bona Sforza (1518-1557), veuve de Sigismond Ier le Vieux (1506-1548). Sous le règne de Sigismond III (1587-1632) de la dynastie suédoise des Vasa, la cour royale fut transférée de Cracovie à Varsovie. L’ancien château des ducs de Mazovie fut alors transformé, entre 1598 et 1619, en siège officiel du roi et de la Diète. Giacomo Rodondo et Matteo Castelli, architectes italiens originaires du Tessin, fournirent les plans du nouveau château, dont les cinq ailes étaient regroupées autour de la cour intérieure. Afin d’honorer la mémoire de son père, Ladislas IV Vasa (1632-1648) fit édifier devant la façade occidentale du château, entre 1643 et 1644, un monument en forme de colonne, surmonté de la statue de Sigismond III.

Saccagé vers le milieu du XVIIe siècle pendant l’invasion suédoise, le Château Royal retrouva son ancienne splendeur de l’époque des rois de Saxe. À la demande d’Auguste III, les architectes Gaetano Chiaveri, Carl Friedrich Pöppelmann et Jan Krzysztof Knöffel construisirent entre 1740 et 1747 la façade donnant sur la Vistule.

Dès son avènement au trône de Pologne, Stanislas Auguste Poniatowski (1764-1795) fit appel à de nombreux architectes, afin d’agrandir la résidence royale. L’un des premiers architectes consultés fut Victor Louis. Le futur auteur du Grand Théâtre de Bordeaux vint à Varsovie en accord avec Madame de Geoffrin. Malgré d’innombrables projets commandés par le roi entre 1764 et 1786, le château garda sa silhouette de l’époque des Vasa, dont le trait caractéristique est encore aujourd’hui la Tour de Sigismond, décorée par une horloge. Stanislas Auguste Poniatowski se contenta de relier le château à l’hôtel, dit « sous la Toile », par le bâtiment de la Bibliothèque Royale, édifié entre 1779 et 1782 selon le projet de Domenico Merlini. Toutefois, les intérieurs du château furent en grande partie réaménagés à l’époque de Stanislas Auguste par des architectes tels que Jakub Fontana, Domenico Merlini et Jan Chrystian Kamsetzer. En plus de l’appartement d’apparat et de celui du monarque, Stanislas Auguste acheva les aménagements des salles de la Diète, qui avaient débuté à l’époque d’Auguste III de Saxe-Wettin. C’est dans la salle des députés, qui abritait alors la chambre basse de la Diète, que Jean Potocki se présenta en 1788 en tant que député de Poznań. Quoique absent lors de la ratification de la première constitution européenne votée par la Diète le 3 mai 1791, Jean Potocki tâcha d’informer l’opinion publique européenne de l’avancement des délibérations parlementaires grâce au Journal Hebdomadaire de la Diète, qu’il fonda en 1788.

En 1944, suite à la chute du soulèvement de Varsovie, le château fut entièrement anéanti par les nazis. Entre 1971 et 1984, l’ancienne résidence des rois de Pologne fut reconstruite dans l’état où elle se trouvait à l’époque de Stanislas Auguste Poniatowski.

 

Château Royal de Varsovie du côté de la place Sigismond

© sfu, (GFDL or CC-BY-SA-3.0)

 

Le château des Łazienki

Les origines du château des Łazienki remontent à l’époque de Stanisław Herakliusz Lubomirski (1642-1702). Après 1676, ce puissant magnat et homme de lettres fit construire à l’extrémité méridionale du parc entourant son château d’Ujazdów, un pavillon des bains. En 1764, tout le domaine fut acquis par le roi Stanislas Auguste Poniatowski, qui décida d’y établir sa résidence suburbaine. Mécontent du résultat des travaux entrepris dans le château d’Ujazdów, déjà construit par les rois de la dynastie des Vasa, il tourna son regard vers l’ancien pavillon des bains de S. H. Lubomirski. Suite à de nombreuses transformations intervenues dès 1772 jusqu’à l’abdication du roi en 1795, le pavillon des bains devint le Château sur l’Eau (Pałac na Wodzie). C’était dans la salle à manger du château, attenant au vestibule de l’ancienne salle de bain de S. H. Lubomirski, que le roi réunissait chaque jeudi la société intellectuelle du pays.

Le Château sur l’Eau, alors résidence préférée du roi, constituait le point focal d’un vaste parc à plan régulier avec des allées radiales. Dès 1774, Domenico Merlini construisit sur l’axe transversal du Château sur l’Eau la Maison Blanche et la maison de plaisance de Myslewice. Celle-ci était probablement destinée au neveu du roi, le prince Jósef Poniatowski (1763-1813), futur maréchal d’Empire sous Napoléon Ier.

Parmi les nombreux pavillons disséminés dans le parc, qui acquit au fil du temps le caractère d’un jardin paysager, se trouvent de nombreuses scènes de théâtre. L’emplacement de la scène de l’amphithéâtre, édifiée par Jan Chrystian Kamsetzer sur l’île du lac méridional, permettait de donner des spectacles de naumachie. Le Théâtre de Cour, adjacent à la Vieille Orangerie, constitue encore aujourd’hui l’un des rares exemples du monde théâtral entièrement préservé depuis le XVIIIe siècle. Le théâtre, conçu par Domenico Merlini, fut inauguré le 6 septembre 1788 par le spectacle de Collé, La partie de chasse de Henri IV. Le rôle de Margot était tenu par l’épouse de Jean Potocki, Julia. Ce soir-là, le roi ainsi que sa cour purent également admirer le jeu de Helena née Massalska, belle-fille du prince de Ligne.

En 1817, la nièce du roi, comtesse Teresa Tyszkiewicz, vendit le domaine au tsar Alexandre Ier de Russie, alors roi de Pologne. Restitué à l’État polonais en 1918, le château brûla lors de la deuxième guerre mondiale. Une fois reconstruit, il fut ouvert au public en 1960.

 

Łazienki : façade méridionale du Château sur l'Eau

© Wojsyl, (GFDL, CC-BY-SA-3.0 or CC BY-SA 2.5)

 

 

 

 2 lyotta 515151